Changement d'adresse,
SWLRPG.fr

Tales of Sélène Banshee

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    STAR WARS LEGENDARY RPG Index du Forum -> TALES Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Tales of Sélène Banshee
Auteur Message Caractéristiques
Gilad Pellaeon
Maitre de Jeu
Maitre de Jeu

MessagePosté le: Mer Jan 04, 2006 11:16 pm    Sujet du message: Tales of Sélène Banshee Répondre en citant
 
TALES OF SELENE BANSHEE

Chapitre 1:Rencontre avec un gardien.

Thème de Sélène Banshee




Les speeders fonçaient à une vitesse folle devant les fenêtres de la chambre de Sélène. La jeune fille s’éveilla lentement, et resta longtemps allongée à regarder les engins passer comme des déflagrations. Il fallait qu’elle s’extirpe du lit, ses parents avaient besoin d’elle à la boutique ce matin-là, puis elle devait retrouver Misha, qui travaillait dans un garage du quartier. Bien entendu, ils vivaient et travaillaient dans les sous-bassements de Coruscant, et les strates élevées de la ville élitiste leur restaient inaccessibles : Misha disait souvent qu’il leur faudrait toujours lever les yeux au ciel pour voir la lumière.

Sélène quant à elle, pensait qu’on voyait la lumière où on voulait la voir, parfois même dans les choses les plus simples, et elle ne ressentait pas le même besoin d’escalader les échelons imaginaires de cette ville-planète qu’elle aimait plus que tout, et pour cause, elle n’avait connu qu’elle.

Elle se leva et enfila rapidement un pantalon blanc moulant et une veste en cuir matelassé blanche et verte. Une fois dans le couloir, elle entrouvrit la porte coulissante qui menait à la chambre de son frère, pour la trouver déjà déserte. La seule preuve qu’il y avait dormi était le lit défait. Machinalement elle jeta un œil aux posters de vaisseaux accrochés au mûrs. Cet après-midi, Misha et ses collègues lui donneraient son premier baptême de l’air. Cà faisait longtemps qu’ils avaient commencé à lui enseigner les bases du pilotage, et elle allait enfin pouvoir mettre ses compétences en action !

« Tu es en retard » accueillit Sélène à son arrivée dans la boutique, qui se trouvait sous l’appartement familial. Serrons la vis, la boutique de droïdes de son père n’était pas ce qu’on pouvait appeler florissante, mais ils arrivaient à s’en sortir relativement bien. Ils récupéraient de vieux engins, des pièces détachées, des carcasses de droïdes usagés à la casse, avec qui son père entretenait des relations amicales de longue date, puis remettaient les robots à neuf, rénovaient les vieux circuits, reprogrammaient les appareils défectueux…
Du coup, Sélène avait toujours été plutôt habile pour les réparations et la mécanique, mais son père lui demandait le plus souvent de s’occuper de la vente, mettant à profit les traits fins et avenants que la Nature lui avait donné.

_Bonjour Papa, répondit-elle sans se départir de son sourire angélique. Rien ne pourrait ternir cette journée, c’était décidé.

Elle entendit son père grommeler avant de s’engouffrer dans la réserve, qui servait généralement à la réception de matériel. Il avait toujours interdit à Sélène d’y entrer, prétextant que ce n’était pas un endroit pour une jeune fille de son âge. Elle s’installa derrière le comptoir.
Après un moment, un homme de grande stature pénétra dans le magasin. Il portait un casque qui lui masquait le visage, et une tenue de voyageur. Le talon de ses bottes claquait sourdement comme le glas. Il fit mine de regarder les rayons, puis vint lui parler :

_Petite, où est ton père ?
Je t’en foutrai des « Petites » moi !
_Il s’occupe des livraisons là, mais patientez un instant, je le fais venir en boutique.
Elle avait gardé le sourire, mais il s’était quelque peu refroidi devant les manières du personnage. Elle appuya sur le bouton de l’interphone près de la porte menant à la réserve, et demanda à son père de venir.
_De quoi a-t-il l’air ton étranger ?
_Il a l’air….
Elle réfléchit quelques instants en toisant l’inconnu, que dire ? Tout était déjà contenu dans le mot « étranger ».
_Il a l’air étrange, lâcha-t-elle après une vaine réflexion.
_Cà me fait une belle jambe ! Bon j’arrive. Tu n’as qu’à aller rejoindre Misha maintenant, je m’occupe du reste.
_Tu es sûr Papa ? Je ne devais pas le rejoindre avant cet après-midi, répondit-elle, surprise. C’était bien la première fois que son père la laissait finir plus tôt. D’ordinaire, il l’aurait laissée rattraper son retard…
_File, je te dis ! grogna-t-il par l’interphone grésillant.

Cela suffit à la faire obéir. Mieux valait ne pas le contredire. Elle retourna derrière le comptoir pour prendre ses affaires.
_Il arrive dans une minute.

L’étranger ne répondit pas.

Arrivée au garage, elle s’enquit de son frère immédiatement pour lui raconter ce qui s’était passé.

_Salut ma mignonne ! Ton frère ? Il est parti y a quoi…. Vingt minutes ? lui apprit un bothan tout en briquant le pare-brise d’un speeder sur lequel il travaillait.
_Il est parti où ? Il t’a dit quand il reviendrait ?
_Oh, ma jolie, il m’a dit qu’il prenait sa pause déjeuner plus tôt, alors je suppose qu’il reviendra dans une heure. Mais reste plutôt avec nous ! Tiens, assieds-toi là, je vais te montrer les améliorations que j’ai faites sur ce petit bijoux…

Sélène n’eut pas le cœur de refuser. Misha rentrerait sûrement après sa pause, et ils pourraient voler ensemble. L’ambiance du garage était très conviviale, et le temps passa très vite. Les Bothans qui y travaillaient avaient toujours été très amicaux avec elle, et elle avait appris beaucoup grâce à eux.
Regardant sa montre, elle se rendit compte qu’il était déjà trois heures et que son frère n’était toujours pas rentré. Comment se faisait-il qu’il ne soit pas rentré ? Il avait son travail, et puis, comment avait-il pu oublier le baptême de l’air ? Ils en parlaient depuis des semaines ! Ces questions tournaient dans son esprit, comme le courant dans un circuit fermé. Elle décida de rentrer à la boutique, quand Marmo, le patron du garage, fit son apparition derrière elle. Contrairement à ses employés, cet oiseau là n’avait rien de sympathique.

_Alors ma jolie, c’est bien beau de distraire mes employés, mais ton frère, il est passé où encore ? cracha-t-il avec dédain en secouant un index accusateur devant le visage de la jeune fille. Elle recula d’un pas : elle n’aimait pas qu’on lui postillonne au visage.
_J’en sais rien moi ! Je l’attends aussi figurez-vous ! répondit-elle sur la défensive.
_Qui c’est qui va terminer les réparations ? Tu crois que je le paye pour se tourner les pouces ton frangin ?!
_C’est pas à moi qu’il faut demander, j’y suis pour rien ! Il commençait à lui chauffer les oreilles, mais elle ne voulait pas créer plus de problèmes à Misha. Elle se retourna et fit mine de partir, mais la grosse pogne du propriétaire s’abattit sur son poignet délicat.
_Hop-là, Miss Mécano. Tu vas me faire le plaisir de rester ici. Je sais très bien que tu t’y connais à force de traîner tes guêtres ici. Si ton frère n’est pas là pour bosser, alors c’est toi qui t’y colles !
Il ne perdait pas le Nord. Elle tenta de se dégager, affolée, les larmes lui montant aux yeux. Les Bothans observaient la scène sans réagir. Elle savait qu’ils tenaient trop à leur emploi ici pour risquer de le perdre. Elle qui croyait que cette journée serait sans histoires ! Le gros bonhomme était bien trop gras et musclé, et sa patte d’ours s’agrippait à son poignet comme un étau glacé. Dans une dernière tentative, elle tira avec toute la force de son corps frêle et de sa volonté. Sans savoir pourquoi, elle vit Marmo tomber à la renverse de toute sa masse, comme un gros sac de farine. Elle frotta son poignet endolori.

_Par le Grand Créateur ! Tu m’avais caché ces petits muscles ! s’exclama Marmo, abasourdi tout en se frottant l’arrière-train, qu’il avait relativement proéminent.
Il pouffa d'un rire idiot en se relevant. Sélène le regardait maintenant l'air mauvais, comme un animal effarouché.
_Si tu ne rattrapes pas les heures de ton frère, je lui fou mon pied au derrière moi! C'est pas un moulin ici, c'est une entreprise, j'ai des délais à respecter. C'est pas la première fois qu'il me fait un coup pareil, alors il serait temps de prendre vos responsabilités. Je sais que vous avez besoin de cet argent, alors ne fais pas la difficile.

Sur cette tirade, il désigna le kit de soudage et la visière bleue de son frère. Sélène n'eut aucun doute sur la véracité des accusations de Marmo. Elle connaissait son frère suffisamment bien pour savoir qu'il n'était pas à cheval sur les horaires, et qu'il n'était aussi pas le dernier pour être mêlé à des rixes dans les bouges du coin. Et bien entendu, il avait raison : ils ne pouvaient pas se permettre de perdre cette source de revenu.

Elle prit sur elle et ramassa le kit de son frère, chaussa la visière bleutée et se mit au travail. Il lui devrait encore une fière chandelle! Adieu baptême de l'air...

Huit heures. Les Bothans commencèrent à remballer leurs affaires. A travers les vitres crasseuses du garage, on pouvait voir le ciel nocturne illuminé par les néons de la ville. Marmo vint à sa rencontre et déposa une bourse contenant quelques crédits républicains. La paye journalière de Misha.

_T'as fait du bon boulot. Peut-être que je ferai mieux de virer ton bon à rien de frère pour t'engager toi! s'exclaffa-t-il en riant tout seul de sa boutade minable. Allez viens, je te dépose chez toi.
_Merci mais je pense que je vais rentrer à pied, répondit-elle froidement.

Elle sortit du garage, et se rendit compte à mi-chemin qu'elle avait oublié de retirer la visière. Tant pis pour ce vieux phoque pensa-t-elle avec humeur en remontant le col de sa veste pour empêcher le froid de mordre son cou fragile. Elle aimait particulièrement les débuts de soirée comme celui-là : la ville devenait multicolore. Elle avait l'impression d'être une étoile parmi les étoiles, de faire parti d'un tout en harmonie avec l'univers, malgré qu'elle ne représentait qu'une poussière parmi les poussières.

Poussière... Arrivée devant Serrons la vis, elle comprit enfin le vrai sens de ce mot.

Un incendie ravageait la boutique, et les flammes léchaient même leur appartement. Sur le coup, elle resta figée. De nombreux badauds observaient la scène à une distance respectable. Une impulsion venue de nulle part la poussa à courir vers ce qui restait de sa vie. Son père, sa mère? Son frère? Se pouvait-il qu'ils soient encore à l'intérieur?? Elle pleurait à chaudes larmes mais ses cris étaient instantanément étouffés par le cri sauvage de l'incendie. Soudain, une vitre de l'appartement explosa, et une silhouette drapée dans une cape et encapuchonnée sauta du premier étage, pour atterrir avec une grâce féline sur le sol tout près d'elle. La silhouette déposa un corps inerte sur le sol. Sélène courut la rejoindre sans même y réfléchir.

_N'approche pas mon enfant. J'ai bien peur que nous ne puissions plus rien pour ton père.

D'une geste élégant et plein de respect, la silhouette mystérieuse ferma les yeux de son père. Son corps n'avait pas reçu l'outrage des flammes. La fumée toxique s'était sûrement occupée du reste... La jeune fille tomba à genoux, sans savoir quoi dire. La silhouette s'approcha d'elle silencieusement et posa une main protectrice et apaisante sur son épaule.

_Je n'ai trouvé personne d'autre. Je suis arrivé trop tard. Ne t'égare pas dans la douleur mon enfant... La Force est avec toi, la colère te mènerai vers le côté obscur...

Sélène ne comprenait strictement rien à ce que l'étranger racontait, mais sa voix était aussi douce que les berceuses que sa mère lui chantait étant enfant, et elle se baigna dans l'aura bienveillante qui émanait de cet homme.

_Tes parents sont retournés à la Force. N'éprouve pas de chagrin pour eux, car ils sont retournés à leur milieu naturel. Dorénavant, ils sont toujours autours de toi, où que tu soies.

Après quelques instants, il s'écarta d'elle, et lui dit en guise d'adieu :

_La Force est avec toi mon enfant. Quand tu seras prête, tes pas te conduiront vers les miens.
_Qu-Qui êtes-vous? parvint-elle à articuler entre ses sanglots.
_Je suis un Gardien de la paix, un chevalier Jedi. Maintenant, je dois partir. Une enquête sera menée pour découvrir la cause de cet incendie. Aies confiance en la Justice, et que la Force soit avec toi.

Après une révérence, la silhouette fit volte-face dans un bruissement de cape, et disparut dans la nuit enflammée. Au loin, Sélène pouvait entendre les sirènes des droïdes pompiers. La douleur lui étreignait le cœur mais les mots du Jedi agissait comme un baume. Dès lors, le souvenir de cette silhouette masquée ne la quitta jamais. Les Gardiens oeuvraient dans l'ombre pour faire valoir les droits de la Justice sur la galaxie.


_________________
Gilad Pellaeon
Age: 27
Inscrit le: 12 Oct 2005
Messages: 899


Statut: Absent

Classe : Soldat
Planète : Fédération du Commerce
Race : Mon Calamari
Alignement : Coté Clair

10007911 Credits Galactiques
Points de Vie
15 Niveau
16700 Points XP
200 Points de Force
24 Attaque
24 Endurance
24 Rapidité
24 Esprit
0 Avertissement(s)

Objets possédés

Revenir en haut Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Caractéristiques
Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    STAR WARS LEGENDARY RPG Index du Forum -> TALES Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Réponse rapide:

Nom d'utilisateur: 


 
Sauter vers:  
 
Vous pouvez poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

 

Thème graphique réalisé par oMgReG sur la base du Galaxian Theme 1.0.1 by Twisted Galaxy
 
Powered by phpBB © 2004 phpBB Group